HTML Document Rapport du mini atelier des organisations ayant des projets financés par la Belgique

En date du 10/4/2018, l’Ambassade du Royaume de Belgique au Burundi en collaboration avec l’Office Burundais pour la Protection de l’Environnement (OBPE) a organisé au Restaurant la Détente de Bujumbura, un mini atelier à l’endroit des organisations ayant des projets sous le financement de la Belgique. Cette réunion fait suite à la réunion informative tenue en Octobre 2017 dans les enceintes du bureau de liaison de l’OBPE avec comme objectif de réfléchir sur d’éventuelles pistes de complémentarités entre les projets. Ce mini atelier a vu la participation des cadres et personnel de l’OBPE, le coordinateur du programme CEBioS, le Point Focal du CHM-Belge, le délégué de l’ambassade de Belgique, les représentants de CSA/CAPAD (Confédération des Associations des Producteurs Agricoles pour le Développement), de l’ONG Entraide et fraternité, de VSF-B et de l’ONG B.D.

Release date 25/04/2018
Contributor Liévin Ndayizeye
Geographical coverage Burundi
Keywords biodiversity

Les activités de ce mini atelier ont été ouvertes par le Directeur Général de l’OBPE qui a souhaité la bienvenue aux participants dans ce mini atelier précisant que cette rencontre vise la collaboration et la complémentarité entre les partenaires belges. Ensuite, le Point Focal du CHM-Belge, Monsieur Han de Koeijer, a pris la parole et a informé les participants que cette réunion s’inscrit dans le cadre de l’évaluation du programme CEBioS à mi-parcours. Il leur a aussi fait savoir que cette réunion fait suite à deux autres réunions au cours desquelles les résultats du programme 2014-2018 ont été présentés suivi par la formulation ou proposition des activités pour le programme 2019-2023. Vous avez été invités dans cet atelier pour contribuer à l’élaboration des stratégies pour les cinq années à venir, a-t-il fait savoir. Il a terminé son propos en indiquant que les contributions des partenaires belges sont d’une grande importance pour la promotion et la conservation de la biodiversité au Burundi.

Après ce propos du PF du CHM-Belge, le Directeur Général de l’OBPE, Dr. Samuel NDAYIRAGIJE a prononcé un discours de bienvenu aux participants. Il a entamé son propos en indiquant aux participants que cet atelier s’inscrit dans le cadre des ONGs ayant des projets financés par la Belgique sur l’Environnement. Il est alors important de s’asseoir ensemble pour échanger sur les voies et moyens qu’on peut déployer pour réussir la mission qui nous est confiée sans toutefois nous barrer la route, a-t-il fait savoir. Une étroite collaboration s’impose pour préserver notre environnement et contribuer au développement du Burundi. Il a terminé son propos en remerciant l’Ambassade de Belgique pour cette bonne initiative, aux participants d’avoir répondu présent à cet atelier.

Le discours du DG a été suivi par un mot de circonstance du délégué de l’Ambassade de Belgique au Burundi axé sur la collaboration entre l’OBPE et l’Institut des Sciences Naturelles de Belgique (IRNSB) qui date de longtemps. Il a signalé que beaucoup d’activités ont été réalisées à travers ce partenariat qui s’avère toujours fructueux. Il n’a pas manqué de signaler l’approvisionnement en électricité du Centre d’Echange d’Information du Burundi sur la Diversité Biologique logé au bureau de liaison de l’OBPE. Il a terminé son propos en mentionnant que l’objectif spécifique de ce mini atelier est d’entretenir la collaboration entre les différentes organisations œuvrant pour la protection de la biodiversité au Burundi et que la Belgique est prête à soutenir ce cadre de collaboration des partenaires ayants des projets sous son financement.

Par après, il s’est suivi une séance de présentations du programme CEBioS par Luc Janssens de Bisthoven, coordinateur du programme CEBioS. Au début de son exposé, il a d’abord parlé des objectifs stratégiques du CEBioS qui sont (a) les connaissances, recherche, (b) information, CHM, (c) sensibilisation, (d) intégrations dans les politiques, (e) MRV, (f) Protocole de Nagoya. Ensuite, il a parlé du fonctionnement du CEBioS qui se fait sous formes des appels à projets pour des stages de formation, la sensibilisation du public, etc. Il a profité de cette occasion pour parler de l’objectif de leur mission au Burundi qui est la formulation du plan pour la phase II (2019-2013) après la phase I (2014-2018) clôturée lundi par la présentation des résultats et la formulation des recommandations pour les activités futures. Il a fait aussi savoir que ce mini atelier engagent les acteurs belges pour la complémentarité et synergie.

Continuant son propos, il a parlé du défi global auquel le CEBioS veut faire face qui est de protéger conserver, restaurer la biodiversité restante de notre planète, l’utiliser et la gérer de manière durable pour arrêter la sixième extinction. Il a ainsi parlé des causes du déclin de la biodiversité (démographie, ignorance, braconnage pauvreté, exclusion des femmes) et que le CEBioS soutient la création d’un système écologique durable. Il a continué son exposé en parlant de l’appui du CEBioS à l’OBPE sur le CHM, les collections et bibliothèque, la recherche et la valorisation des services écosystémiques (pollinisateurs, champignons), le suivi de la dynamique des habitats et de la biodiversité des aires protégées, la sensibilisation des décideurs et des politiques. Il n’a pas manqué de présenter les autres soutiens apportés à l’OBPE en ce qui concerne le protocole de Nagoya, l’organisation de la série AbcTaxa au service de la (para)taxonomie, des soutiens aux politiques (décideurs) sur base de la science (policy briefs), soutien à la mise en œuvre du Protocole de Nagoya de la Convention Rio CBD au Burundi, le développement d’un outil (lexique) des plantes de la Kibira par les experts de l’OBPE et de l’Université du Burundi, lexique en préparation pour le Parc National de la RUVUBU et le monitoring des rivages du Lac Tanganyika.

Il a terminé par la présentation des idées émises au cours des deux derniers ateliers comme recommandations pour la phase II (2019-2023) en l’occurrence la continuation des volets existants tout en les affinant. En guise de communiqué, il a parlé du colloque pour la biodiversité qui va se tenir bientôt et a invité les participants à s’inscrire sur le site du CEBioS.

Après cet exposé, les participants ont donné émis leurs suggestions et préoccupations.

Au cours de ce mini atelier, les recommandations ci-après ont été émises :

-Confectionner des outils de sensibilisation répondant aux besoins du moment ;

-Faire le plaidoyer pour le projet changement climatique ;

-Diligenter une étude qui nous permettrait de satisfaire les besoins des populations (alimentation) et protéger l’environnement (OBPE);

-Renforcer la synergie à travers des formations ;

-Entreprendre des actions de sensibilisation pour la protection de l’environnement à travers des activités génératrices des revenus ;

-Continuer l’encadrement des gardes des aires protégées, continuer à assister les braconniers convertis pour la assurer la sauvegarde des aires protégées ; 

-Former les gardes forestiers (stages dans les pays voisins) pour renforcer leur capacité;

-Multiplier le bambou pour créer une source des revenus à la population Burundaise;

-Eriger de nouvelles aires protégées (actuellement les aires protégées occupe 6% du territoire national) ;

-Renforcer la collaboration avec les gens du ministère de l’agriculture surtout au niveau des zones humides (dualité entre alimentation et protection de l’environnement) ;

-Restaurer l’élevage de petit bétail pour avoir du fumier afin d’éviter l’utilisation des engrais chimiques qui détruisent lamentablement les sols ;

-Rendre accessibles les résultats des recherches effectuées au niveau de l’OBPE ;

-Organiser des assises de l’environnement (rassembler les différents partenaires pour leur donner l’état des lieux de la biodiversité).

Cet atelier a été clôturé conjointement par le DG de l’OBPE et le délégué de l’ambassade de Belgique remerciant les participants pour leurs contributions et leur souhaitant bon retour dans leurs milieux respectifs.