HTML Document Rapport sur les visites de terrain effectuées à la bibliothèque de référence en biodiversité et au Parc National de la Ruvubu

En date du 13-14 Avril 2018, le Point Focal du CHM-Belge et le coordinateur du programme CEBioS en compagnie du Directeur des Forêts de l’Office Burundais pour la Protection de l’Environnement (OBPE) et certains cadres du Service de Recherche en Biodiversité de l’OBPE ont effectué une visite de terrain à la bibliothèque de référence en biodiversité de Gitega et dans le Parc National de la Ruvubu dans le but d’évaluer les activités réalisées dans le programme 2014-2018 financés par le programme CEBioS.

Release date 25/04/2018
Contributor Liévin Ndayizeye
Geographical coverage Burundi
Keywords biodiversity

Au cours de cette visite, la bibliothécaire en chef a parlé des activités déjà réalisées à savoir le catalogage des livres, la numérisation des cartes et la plastification des cartes pour une meilleure conservation. Elle a fait savoir que le nombre de visiteurs de la bibliothèque s’accroît et que ces derniers proviennent de la Faculté d’Agronomie et de Bio-ingénierie (FABi-Campus Gitega) et de la Faculté des Sciences Environnementales de l’Université Polytechnique de Gitega. Elle n’a pas manqué de signaler que cette bibliothèque compte plus de 10000 livres et qu’il y a une insuffisance du personnel de la bibliothèque.

 

Cette brève présentation de la bibliothécaire a été suivie par une présentation du consultant en bibliothèque engagé pour former le personnel de la bibliothèque en 2017. Il a d’abord parlé de l’objectif de la formation qui était de rendre autonome la bibliothèque sur la cartographie. Ainsi, a-t-il fait savoir, beaucoup de cartes ont été numérisées et il reste leur postage sur le site du CHM-Burundais. Au cours de cette présentation, il a mentionné les perspectives d’avenir à savoir :

-la conservation des données sur flash disk ;

-la conservation des cartes à plat dans des armoires appropriées ;

-l’agrandissement de la bibliothèque du faite de l’augmentation du nombre de visiteurs ;

-la création d’un cyber café internet  payant pour compléter la documentation ;

-le recyclage des bibliothécaires ;

-la mise en place d’une photocopieuse payante au sein de la bibliothèque ;

-la confection des fichiers de la bibliothèque répondant aux normes internationales car ceux existants sont mal conçus ;

-l’achat des serres livres pour assurer une bonne conservation des livres.

Après cet entretien, il a été constaté que les livres sont mal conservés et que le catalogage n’a pas été poursuivi, ce qui peut gêner le fonctionnement de cette bibliothèque. Le Point Focal du CHM-Belge, Monsieur Han de Koeijer, a donné quelques conseils à la bibliothécaire en chef pour assurer le bon fonctionnement de la bibliothèque à savoir la continuation du catalogage des livres et la bonne conservation des livres pour éviter qu’ils soient abîmés très tôt.

Au cours de cette visite, des recommandations ont été émises par le Point Focal du CHM-Belge, Monsieur Han de Koeijer. Il s’agit notamment de :

-continuer le catalogage des livres ;

-faire une liste d’acquisition de nouveaux livres et l’envoyer aux bibliothèques voisins ;

-télécharger le logiciel WINISIS pour faciliter le catalogage ;

-envoyer quelques informations en rapport avec la bibliothèque à l’attaché au CHM-Burundais pour leur postage sur le site ;

-produire des rapports mensuels des activités et les envoyer à Monsieur MASABO Onesphore, Point Focal National ABS-CH.

Cette visite s’est poursuivie dans le parc National de la Ruvubu où ils ont été accueillis par les responsables du Parc dans leurs bureaux. Le chef de surveillance Monsieur, BUVYIRUKE Evariste a fait une présentation sur l’historique du parc tout en mentionnant sa richesse faunistique et floristique qui lui confère son attrait touristique. Cette présentation a été suivie par la descente au sein du parc pour voir les buffles.

Le lendemain, une autre visite a été effectué dans le Parc dans le secteur MUREMERA où des explications ont été donnés sur les feux du parc servant de gestion de la faune de ce parc. Ces feux permettent la régénération de l’herbe et permettent de maintenir les populations des buffles et des antilopes et autres mammifères dans le parc évitant ainsi leur effet sur les champs des cultures des populations riveraines du Parc. Le Directeur des Forêts de l’OBPE a invité les responsables du parc à donner souvent les informations au public pour lever leurs inquiétudes quant à l’effet néfaste des feux surtout sur l’entomofaune et l’environnement en général.