HTML Document Rapport du mini atelier de validation du guide de sensibilisation des parties prenantes sur l’application du code forestier et de la loi sur les aires protégées au Burundi

En date du 19/04/2018, il s’est tenu dans les enceintes du bureau de liaison de l’Office Burundais pour la Protection de l’Environnement (OBPE), un mini atelier de validation du guide de sensibilisation des parties prenantes sur l’application du code forestier et de la loi sur les aires protégées au Burundi. Il s’inscrit dans le cadre du Programme de recherche, échange d’information, sensibilisation et conservation de la biodiversité sous le financement du CEBioS. Etaient présents dans ce mini atelier, les cadres de l’OBPE et quelques professeurs du département de Biologie de la Faculté des Sciences à l’Université du Burundi.

 

Release date 26/04/2018
Contributor Liévin Ndayizeye
Geographical coverage Burundi
Keywords biodiversity

Ce mini atelier a débuté par un mot d’ouverture du Directeur Général de l’OBPE, Dr. Samuel NDAYIRAGIJE. Au debut de son discours, il a mentionné les menaces que subissent les forêts dans le monde entier et en particulier au Burundi malgré leur rôle important dans la régulation du climat et autres services qu’elles rendent à l’être humain. Pour parer à cette regression des forêts, a-t-il fait savoir, le gouvernement a procédé à la mise en place du code forestier et de la loi sur la création des aires protegées. Il a profité de cette occasion pour parler brièvement du contenu de ces deux lois déjà promulguées. Malgré l’existence de ces lois, l’absence des outils de vulgarisation pour une prise de conscience dans la protection de la biodiversité fait que les forêts subissent des menaces dont est toujours temoins. C’est dans ce cadre qu’un guide de sensibilisation des parties prenantes sur l’application du code forestier et de la loi sur les aires protégées au Burundi a été élaboré pour permettre la mise en application de ces lois déjà mises en place.

Il a terminé son propos en remerciant les participants de leur présence les invitant à donner leurs contributions pour la validation de ce document.

Le Discours du Directeur Général de l’OBPE a été suivi par l’exposé du concepteur du guide en la personne de FOFO Alphonse. Il a commencé son exposé en faisant savoir que bien que des lois aient été promulguées, ces dernières n’ont pas été mises en application de façon satisfaisante car des menaces les ressources forestières s’observent encore partout dans le pays. Des orientations sont nécessaires pour que ces lois soient mises en application. Il a profité de cette occasion pour informer les participants que ce guide a été conçu dans le cadre du programme de recherche, échange d’information, sensibilisation et conservation de la biodiversité pour inciter les parties prenantes à une prise de décision en faveur de la biodiversité. En effet, il y a un abus dans l’utilisation des ressources naturelles (forestières).

Il a continué son exposé en parlant des deux lois déjà mises en place à savoir le code forestier et la loi sur la création des aires protégées dont le rôle était de réglementer l’utilisation et l’exploitation des Ressources Forestières (RF) en pleine diminution dans leurs écosystèmes respectifs. Il a alors passé en revue les deux lois mentionnant que le code forestier est structuré en 8 titres et 127 articles d’importance inégale et  il a mis un accent particulier sur le titre 6 qui parle des ressources financières forestières. Il a ainsi fait savoir  que l’application du titre 6 pourrait générer des revenus pour la nation. Parlant de la loi sur les aires protégées, il a montré que cette dernière n’est structurée qu’en 4 titres et 5 articles d’importance inégale. Il a profité de cette occasion pour informer aux participants que ces lois n’ont pas tenu  en compte de la participation de toutes les parties prenantes d’où leur mise en application n’a pas été effective. Il a terminé son exposé par les différentes orientations pouvant permettre la mise en application de ces deux lois.

Après cet exposé, il s’est suivi une séance d’échange et de discussions au cours de laquelle le document a été analysé et censuré.

Ce mini atelier a été clôturé par Monsieur MASABO Onesphore de l’OBPE par un mot de remerciement envers les participants pour le travail abattu et a appelé les concepteurs (personnes ressources) de ce guide (Messieurs Alphonse FOFO et Damien NINDORERA) de prendre en considération les corrections et suggestions des participants. Le document a été validé moyennant intégration des commentaires et corrections.

Au cours de ce mini atelier, les recommandations ci-après ont été émises:

-Tenant compte de la disparition progressive des aires protégées, il a été recommandé de parler dans le guide de la superficie et de la tendance des boisements;

-Etant donné que ce guide constitue un cri d’alarme pour la sauvegarde de la biodiversité, il a été recommandé d’ajouter dans le guide des photos illustrant les menaces sur la biodiversité;

-Il a été recommandé de mettre dans le guide les orientations pour une bonne conservation de la biodiversité au Burundi;

-Compte tenu des menaces qui pèsent sur la biodiversité du Burundi, il a été recommandé d’ajouter dans le guide certaines réalités du pays en rapport avec la conservation de la biodiversité au Burundi;

-Sachant que les ressources forestières sont suffisamment menacées, il a été recommandé de penser aux autres alternatives pouvant faciliter la conservation (produits pouvant être utilisés à la place du charbon et du bois de chauffage);

-Il a été également recommandé de faire une analyse critique des lois et le contexte actuel;

-Il a été aussi recommandé de proposer des alternatives pour palier au probleme de coupe du bois par la fabrication du charbon (utilisation du gaz, foyers améliorés);

- Compte tenu des menaces pésant sur les ressources forestières, il a été recommandé d’insérer dans le document les autres sources d’énergie et la question d’échaffaudage comme une autre cause de prélevement permanent des ressources forestières;

-Etant donné que les adultes ne comprennent pas bien l’importance de la biodiversité, il a été recommandé de changer le tir et enseigner les plus jeunes à travers les clubs environnementaux sur l’importance de la biodiversité et sa protection.