HTML Document Rapport sur l’atelier de formation sur la communication scientifique

En date du 4 au 7 Décembre, dans les enceintes du BecA-IRLI Hub, IRLI Campus à Nairobi au Kenya, s’est tenu un atelier de formation sur la communication scientifique à l’endroit des chercheurs des institutions nationales de recherche agricole de l’Afrique subsaharienne. Cet atelier a vu la participation des chercheurs du Burundi, Rwanda, Kenya, Soudan, Erythrée, Tanzanie, Somalie, Ethiopie, Cameroun, RDC, Nigeria, Niger, Gabon, Burkina Faso et Côte d’Ivoire. Cette formation a été animée par des experts en communication de l’ISAAA (Service International pour l'Acquisition d'Applications Agricoles biotechnologiques).

Release date 10/02/2018
Contributor Liévin Ndayizeye
Geographical coverage Kenya
Keywords science, communication, chercheurs,

Les activités de cette formation ont débuté par une présentation de la part des participants et des formateurs. Par la suite, des remarques générales en rapport avec la formation ont été données conjointement par le Dr. Ekaya Wellington, Directeur du programme Africa Biosciences Challenge Fund (ABCF) et le Dr. Faith Nguthi, Agent principal des programmes à l’ISAAA Africenter. Par après les formateurs ont démarré leurs exposés.

Le premier exposé concernant l’introduction à la communication scientifique a été faite par Dr. Faith Nguthi qui a clairement montré l’importance de la communication scientifique. Elle a fait savoir que les chercheurs font beaucoup d’activités au bénéfice de la population mais que les résultats ne sont pas ou sont mal communiqués au public cible ici les décideurs et les agriculteurs. On doit apprendre à communiquer au public les résultats de notre recherche, a-t-elle ajouté. Elle a terminé son exposé en donnant les règles d’une communication scientifique. Le deuxième exposé a été présenté par Madame Bibiana Iraki-Kipkorir et portait sur l’introduction aux principes d’une communication scientifique effective. Au cours de cette exposé, Madame Bibiane Iraki a donné des explications sur sept principes pour une communication scientifique effective. Elle n’a pas manqué de signaler qu’une communication scientifique effective débute par la compréhension des parties prenantes impliquées dans le domaine sur lequel porte la communication. Ces deux exposés ont été suivis par une séance des discussions.

Le troisième et le quatrième exposé, présentés respectivement par Dr. Faith Nguthi et Madame Bibiane Iraki-Kipkorir, portaient sur l’introduction à l’identification des parties prenantes et les stratégies d’implication des décideurs. Au cours de ces exposés, les formatrices ont donné des clés d’analyse des parties prenantes basés sur l’identification du profil de chaque partie prenante (son intérêt, son influence et son impact) ainsi que le développement des messages destinés aux parties prenantes sans oublier les techniques ou stratégies d’implication des décideurs. Ces exposés ont été suivis par des sessions pratiques d’analyse des parties prenantes et des stratégies d’engagement des parties prenantes.

Au deuxième jour, deux exposés sur le plan du message à délivrer et l’usage des récits et des histoires pour parler de la science. Au cours du premier exposé, Dr. Faith Nguthi a mentionné que le message à délivrer aux parties prenantes doit être préparée à l’avance de même que les réponses aux questions éventuelles qui peuvent surgir. Le message doit contenir des mots clés appuyés par des preuves tangibles et ce message doit être délivré en un petit temps. Faisant suite au premier exposé, Madame Bibiana Irakir-Kipkorir a mentionné que le message peut être délivré à travers des récits et des histoires relatifs au thème dont on veut communiquer au public. Ces exposés ont été suivis par une séance de discussions et une session pratique sur le développement des messages et des récits et des histoires. Cette session pratique a été suivie par la présentation des messages développés et des histoires par tous les participants.

Au troisième jour, les exposés portant sur l’introduction sur les relations avec les médias (ce qu’il faut faire et ce qu’il ne faut pas faire avec les interviews des médias) par Madame Esther Kamweru et la gestion des situations difficiles par Dr. Margaret Karembu de l’ISAAA. Ces exposés ont été suivi par l’exposé du journaliste Geoffrey Ondithi sur la préparation des émissions radio. Des détails sur les médias, les interviews et leur préparation, le comportement au cours des interviews ont été donnés. Ces explications ont été suivies par une session pratique des interviews radio et télévisés.

Au quatrième jour, les exposés ont concerné la communication scientifique à travers les médias sociaux par Madame Bibiana Iraki-Kipkorir et l’elevator pitch par Dr. Margaret Karembu. Des exercices pratiques en rapport avec l’usage de twitter, des blog sans oublier la mise en pratique de l’elevator pitch en dessous d’une minute ont été effectuées par les participants.

Signalons qu’au cours de cet atelier, les formateurs étaient assistés par d’autres agents de l’ISAAA qui sont Mr. Mutero Ngure et Mr. Walter Langat. 

La formation s’est terminé par la certification des participants par le Dr Ekaya Wellington et le Dr. Margaret Karembu assisté par le Dr. Faith Nguthi.