HTML Document Rapport du mini-atelier pour la mise en place d’un cadre de coopération entre les organisations ayant des projets soutenus par la Belgique dans le secteur de l’environnement et développement au Burundi

L'Office Burundais pour la Protection de l'Environnement (OBPE) en collaboration avec l'Ambassade du Royaume de Belgique au Burundi a organisé, en date du 10 octobre 2017,  une réunion en l'endroit des organisations ayant des projets sous le financement du Royaume de Belgique dans le secteur de l'environnement et developpement au Burundi. Ce mini-atelier a eu lieu dans les enceintes du bureau de liaison de l'OBPE sis à Jabe.

Release date 08/01/2018
Contributor Liévin Ndayizeye
Geographical coverage Bujumbura, Burundi,
Keywords biodiversité, collaboration,

Les activités de cette réunion ont commencé par un mot d’ouverture du Directeur Général de l’OBPE souhaitant la bienvenue aux participants et a par la suite donné l’occasion au Délégué de l’Ambassade du Royaume de Belgique au Burundi pour prononcer le discours d’ouverture de cette reunion.

 

 

Prenant la parole, le Délégué de l’Ambassade du Royaume de Belgique au Burundi, Monsieur Akos Herman a dit que ce mini- atelier s’inscrit dans le cadre des projets financés par la Belgique et a pour but de mettre en place un cadre de coopération entre les partenaires financés par le Royaume de Belgique. Il a continué son propos en parlant de la coopération entre la Belgique et le Burundi à travers le programme CEBIOS sous forme de soutien au Centre d’Echange d’Information (CHM) sur la biodiversité du Burundi. Il a ajouté que grâce à cette coopération, différentes activités ont pu être réalisées notamment des ateliers sur le Protocole de Nagoya sur l’Accès et le Partage des Avantages découlant de l’utilisation des ressources génétiques, la recherche sur la flore et la faune du Burundi ainsi que la confection d’un lexique des noms vernaculaires de la flore du Burundi. Il a profité de cette occasion pour signaler que c’est dans cette optique de recherche sur la biodiversité que les panneaux solaires ont été installés au bureau de liaison de l’OBPE.

Au cours de ce même discours, Monsieur Akos Herman a signalé que la question du changement climatique va être intégré dans les projets financés par le Royaume de Belgique. En terminant son propos, il a fait savoir que ce mini-atelier constitue une rencontre informative pour mettre en clair les activités réalisées sous le financement belge et réfléchir à d’eventuelles complémentarités entre les programmes. Il a alors rémercié l’OBPE pour avoir invité l’Ambassade de Belgique à prendre part à cette reunion.

Ce discours du délégué de l’Ambassade du Royaume de Belgique au Burundi a été suivi par une séance de presentations. La première présentation a été faite par Monsieur Han de Koeijer de l’Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique (IRNSB) parlant du partenariat entre le Royaume de Belgique et le Burundi. Il a d’abord présenté la structure du Musée Royal d’Afrique Central de Tervuren où prend origine le programme CEBIOS (Capacities for Biodiversity and Sustainable Development). Le programme CEBIOS a commencé en 2013 et s’inspire de la convention sur la Diversité Biologique (biodiversité, désertification, changement climatique et des strategies belges). Le CEBIOS travaille avec les pays en voie de developpement dont le Benin, le Burundi, la République Démocratique du Congo (RDC) et le Vietnam. Il a fait aussi savoir que le CEBIOS travaille également avec l’Académie de Recherche et d’Enseignement Supérieur (ARES) pour le programme des champignons.

Après cette brève description du CEBIOS, il a alors  précisé 6 strategies objectives de 2013-2023 qui sont:

  • Le renforcement des connaissances scientifiques et techniques de base dans les pays en développement;
  • Le renforcement de l'échange et l'utilisation de l'information dans la gouvernance et d'autres;
  • Contribution à la sensibilisation du public à la coopération au développement;
  • L'intégration de la biodiversité et les services écosystémiques dans les secteurs de la politique liée à la coopération au développement;
  • Renforcer les connaissances sur la mesure, la notification et le suivi des choix politiques et interventions;
  • Le renforcement des capacités et de sensibilisation concernant le Protocole de Nagoya en Belgique et dans les pays partenaires.

Continuant son exposé, Monsieur Han de Koeijer a montré comment le CEBIOS fonctionne à travers les appels à la subvention pour la formation et la recherche, les appels à projets in situ, les appels à la mesure, la notification et la vérification (MRV), les partenariats institutionnels, les publications, la mise en place des sites web nationaux et des ateliers dans le Sud ou dans le Nord. Ce fonctionnement se résume a travers les interventions du CEBIOS en trois axes à savoir la coopération institutionnelle et la recherche,  le renforcement des capacités et les travaux des politiques. C’est dans cette optique que le volet sur  le Protocole de Nagoya a été financé depuis 2014, a-t-il ajouté. Il a par la suite fait savoir que tous les résultats des projets financés par CEBIOS doivent être postés sur le site du CHM Burundi sans oublier la confection de policy briefs. Il a terminé son exposé en annoncant aux participants que grâce aux interventions du CEBIOS des stagiaires bénéficient des bourses en taxonomie et que 4 à 5 ateliers de formation sont organisés sur base des appels à compétition.

Le deuxième exposé a été effectué par Monsieur NZIGIDAHERA Benoît, Chef de recherche en Biodiversité à l’OBPE en présentant 4 résultats des programmes de 2014-2016 à savoir:

 

 

 

  • Résultat 1: La dynamique des habitats et la biodiversité des aires protégées du Burundi sont mieux connues et comprises;
  • Résultat 2: Les services écosystémiques (SE) dans les aires protégées sont mieux compris et valorisés;
  • Résultat 3: Des publics cibles sont sensibilisés à la biodiversité
  • Résultat 4: Le CHM et le MRV sont renforcés.

Ces résultats, a-t-il ajouté, se traduisent par des indicateurs qui sont:

  • Les résultats sur terrain: des activités concrètes ont été réalisées sur sur terrain;
  • Les diplômes: il y a collaboration entre entre les Universités et l’OBPE pour des recherches de fin d’études universitaires (plus de 40 étudiants ont fait leur recherche à l’OBPE, des stagiaires tant à l’OBPE, en Belgique : Musée Royal d’Afrique Centrale de Tervuren (MRAC) et IRSNB);
  • Les publications: les résultats des recherches ont été publiés dans des journaux internationaux et dans le Bulletin Scientifique sur l’Environnement et la Biodiversité;
  • Les réseaux: Un réseau des mycologues de l’Afrique des Grands Lacs est né au Burundi et est coordonné par le Jardin Botanique de Meise, le réseau autour du bulletin Scientifique de l’OBPE. Un expert du jardin Botanique de Meise sera au Burundi dans un mois pour faire des descentes dans la Kibira et dans les réserves du Sud. Il a signalé qu’un projet régional sur les champignons soumis à l’ARES vient d’être accepté;
  • Les collections: création des collections sur les insectes: échange d’experts avec la Belgique, herbarium de l’OBPE source de savoir pour la botanique;
  • Cooperation Sud-Sud (ICIPE, Université de Prétoria, réseaux des Mycologues, réseaux CHM);
  • La publication des activités réalisées sur le site web: http://bi.chm-cbd.net;
  • Partenariat avec MRAC, Jardin Botanique de Meise, Belspo, ARES, VLIRUOS.

Après ces explications, Msc. NZIGIDAHERA Benoît, a continué son exposé en parlant des 4 objectifs dont découlent les 4 résultats parlés ci-dessus. Il a par la suite présenté les différentes activités réalisées pour chaque objectif. Il a terminé son exposé en remerciant le PAIOSA pour avoir travaillé sur les marais ce qui cadre avec l’objectif 4 des objectifs nationaux. Le troisième exposé a porté sur le plan 2017-2018 des activités à réaliser dans un proche avenir.

 

Après ces exposés le Directeur Général de l’OBPE a donné la parole aux participants pour faire des commentaires par rapport aux exposés. Cette séance d’échange a été suivi par une séance des présentations des participants. Le Directeur Général de l’OBPE a invité tout un chacun à parler des activités réalisées dans son institution. Les participants ont à leur tour présenté leurs institutions, les domaines d’interventions, les objectifs ainsi que les activités réalisées 

  

Après ces présentations, le Directeur Général de l’OBPE a posé aux participants la question de savoir comment ils vont établir ce cadre de collaboration (les pistes de collaboration). Le représentant de l’Ambassade du Royaume de Belgique au Burundi a répondu à cette question en disant que d’autres rencontres seront organisées et appuyées par l’Ambassade de Belgique pour mieux se concerter en vue de l’établissement d’un cadre de collaboration efficace.

Le Directeur Général de l’OBPE a clôturé ce mini-atelier en remerciant le délégué de l’Ambassade de Belgique, Monsieur Akos Herman pour cette promesse dans le but de l’établissement d’un cadre de collaboration entre ces différents partenaires. Il n’a pas manqué de remercier les participants à cette réunion à la fois pour leur présence et leur contributions et les a invités à prendre part aux cérémonies d’inauguration des installations d’énergie solaire prévu l’après-midi de ce jour.