News La pollution du lac Tanganyika influe sur la diminution de la production du poisson

Il ressort du rapport du Ministère en charge de la bonne gouvernance sur l’état des lieux du respect des normes environnementales en matière de protection du lac Tanganyika que la pollution de cet écosystème lacustre influe sur la diminution de la production du poisson bien qu’elle ne soit pas la seule source de cette pollution.

Concerned URL https://mybujumburanews.wordpress.com/2017/10/06/la-pollution-du-lac-tanganyika-influe-sur-la-diminution-de-la-production-du-poisson/
Source Agence BUJUMBURA News(Burundi)
Release date 11/10/2017
Contributor Jean-Marie Manirambona
Geographical coverage Burundi,
Keywords Pollution, tanganyika, poisson,


Cette étude rappelle que beaucoup d’espèces de poissons, pour se reproduire pondent les œufs sur les rives du lac. En effet, les poissons cherchent des zones peu profondes, le plus souvent à l’embouchure des affluents du lac Tanganyika. Ce choix de place pour la ponte des œufs est motivé, note le rapport, par la présence des matières minérales et organiques nécessaires à la vie des jeunes poissons. Le danger se trouve alors au niveau des petits poissons qui ne savent pas s’adapter à la montée de l’acidité des eaux.

Le rapport indique que des études ont montré que le taux de poissons atteignant l’âge adulte chute de 20 à 5% si le potentiel hydrogène (PH) d’eau diminue par déversement direct d’affluents.

Selon la Direction du département des eaux, pêche et aquaculture, la production de poissons a drastiquement diminué passant de 23000 tonnes en 2000 à 10000 tonnes en 2010. Néanmoins, souligne la même source, l’origine de cette baisse n’est pas uniquement liée à la pollution des eaux du lac, mais également à l’usage du matériel non adapté et à l’augmentation du nombre de pêcheurs.

Le rapport du Ministère de la bonne gouvernance indique que pour ces derniers cas, la Direction de la pêche a pris une série de mesures de protection du poisson notamment la délimitation des zones frayères et l’instauration d’un calendrier de pêche, ainsi la courbe a repris une bonne tendance en hausse vers les années 2016 avec une production avoisinant 22000 tonnes. Le rapport déplore que la qualité de l’eau du lac Tanganyika n’a cessé de baisser, ainsi les coûts liés au traitement de cette eau sont passés du simple au double, sans arriver à une production satisfaisante. La distance de captage de l’eau dans le lac Tanganyika par la REGIDESO a passé de 800 m à 3500 m.

Dans les années à venir, le rapport souligne que, si rien n’est fait, l’eau captée du lac Tanganyika ne sera plus consommable ou alors le coût de traitement par la REGIDESO sera insupportable.