Rapport sur le changement climatique au Burundi

Les ressources en eau et des sols sont essentielles pour le développement économique et social du Burundi. Aujourd'hui déjà, ces ressources sont soumises à de fortes pressions liées à la croissance de la population, à la surexploitation des terres et à la demande croissante en ressources naturelles. Le changement climatique et la variabilité croissante du climat pourraient s'ajouter à ces tendances et dégrader encore davantage la disponibilité et la qualité de l'eau et des terres arables.

Afin de mieux comprendre les effets du changement climatique, une étude sur les projections du changement climatique au Burundi a été menée dans le cadre du projet GIZ « Adaptation au changement climatique pour la protection des ressources en eau et sol au Burundi » (ACCES). Cette étude s'appuie sur les derniers modèles climatiques régionaux (MCR) disponibles pour le Burundi et deux scénarios d'émissions différents (Voies de concentration représentatives 4.5 et 8.5). Considérant les années 1970 à 1999 comme référence, l'étude a analysé les variations annuelles et saisonnières des précipitations et de la température pour les périodes futures de 2031-2060 et 2071-2099.  

Ce résumé met en lumière les principales conclusions de cette étude ainsi que les implications socio- économiques potentielles du changement climatique au Burundi, qui sont schématiquement les suivantes :

  • Les précipitations au Burundi devraient s'accroître en général dans les régions de l'est et du sud du pays ainsi que sur le plateau central avec des pluies plus abondantes.
  • Bien que les précipitations doivent augmenter à la saison des pluies, les mois précédant l'arrivée de cette saison (en août/septembre) risquent d'être plus secs.
  • Certains des modèles utilisés prévoient une prolongation probable de la saison sèche.
  • La probabilité est élevée que les températures de l'air en moyenne annuelle augmentent progressivement au Burundi au cours du 21ème siècle.
  • La température de l'air augmentera en particulier pendant la saison sèche.
  • Les excédents d'eau futurs sont susceptibles d'augmenter le risque d'extrêmes précipitations.
  • Les changements des régimes et de la quantité des précipitations ainsi que de température risquent de comporter d'importantes implications pour la production agricole, notamment les cultures.