Plan d’intégration de la biodiversité au Ministère de l’énergie et des mines

Type de document
Report
Plan d’intégration de la biodiversité au Ministère de l’énergie et des mines

Le secteur minier a débuté ses activités dès l’époque coloniale et s’est développé petit à petit surtout vers les années 1980 grâce aux différentes coopérations. C’est pendant cette période que différents indices de minéralisations ont été découverts et certains font objet d’exploitation artisanale actuellement. On citerait à titre d’exemple l’or, le coltan, la cassitérite et la wolframite qui sont exploités artisanalement dans les provinces du Nord du pays (Kirundo, Muyinga, Ngozi, Kayanza).

D’autres indices sont encore en phase de vérification par des travaux miniers et/ou d’exploration. Les méthodes d’exploitation restent rudimentaires si bien que les mesures de protection de l’environnement ne sont pas totalement respectées. Pour le secteur énergétique, le pays utilise surtout l’énergie électrique produite par les différentes centrales hydroélectriques gérées par la REGIDESO. D’autres sources d’énergie sont en cours de vulgarisation (plaques solaires), d’exploration (tourbe, énergie éolienne, de biomasse, thermique etc.).

Compte tenu de son rôle dans l’utilisation des ressources naturelles, il est évident que le secteur de l’énergie et des mines est une partie prenante incontournable dans la gestion de la biodiversité. Ainsi, considérant les impacts que les activités du secteur a sur la biodiversité, il est d’importance capitale qu’il s’implique avec force et efficacité dans sa gestion. C’est dans cette optique, que le Ministère de l’Energie et des Mines a pris l’option d’élaborer un Plan Sectoriel d’Intégration de la Biodiversité dans ses politiques stratégies et programmes.

Le présent Plan Sectoriel d’Intégration de la Biodiversité du Ministère de l’Energie et des Mines (MEM) a été élaboré dans le cadre du projet de révision de la Stratégie Nationale et Plan d’Action sur la Biodiversité et Développement du 5ème Rapport du Pays à la Convention sur la Diversité Biologique sous le financement du FEM/PNUE.

Il est le résultat d’un atelier de consultations sectorielles qui a eu lieu en dates du 28 Février au 1er Mars 2013 qui regroupait les représentants du MEM pour donner leurs contributions pour l’élaboration du présent document.